François Samuel Robert Gaussen

Louis Gaussen

En intitulant cet article : « Lecture évangélique de la Bible. Le cas de Louis Gaussen », l’absence d’article défini devant « lecture » laisse entendre que la manière d’appréhender la Bible dans l’histoire de la théologie évangélique ne présente pas l’aspect d’un bloc monolithique et que l’instrumentalisation ou le conditionnement intellectuel propre à tout système idéologique ne lui est pas nécessairement épargné. Aussi fidèle veuille-t-on ou puisse-t-on être au bon dépôt de la foi, la situation socioculturelle, intellectuelle, linguistique et géographique du sujet connaissant, couplée à la persistance du péché rémanent, n’immunise personne contre la tentation d’être influencé par l’esprit de son temps. Pour autant, « Le cas de Louis Gaussen » illustre, de façon emblématique, comment une figure fondatrice, si ce n’est tutélaire, de la bibliologie évangélique francophone a su repérer les dangers idéologiques qui guettaient en son temps plusieurs lectures individuelles et collectives de la Bible. Par-delà les clichés dont on l’a affublé, cet homme de lettres, d’esprit et d’action a cherché à dénoncer toute idéologie qui serait extérieure à la révélation biblique. Il l’a fait avec une subtilité et une connaissance que peu d’historiens soulignent. Cela dit, en s’affichant du côté des seuls chrétiens fidèles à la « théologie (…) qui conserve, dans le saint ministère de l’Evangile, la pureté de son dogme ; et dans la prédication, le juste équilibre de toutes les vérités[1] », Gaussen n’a pas toujours su percevoir les influences idéologiques qui lui étaient inconscientes. Cette insuffisance n’est pourtant pas unique à la théologie protestante francophone du XIXe siècle. En replaçant Gaussen dans le contexte intellectuel de son temps, je propose d’évaluer sa lecture évangélique de la Bible en tentant de discerner les équilibres et, parfois, les tensions de sa pensée face aux influences et idéologies de son siècle.

 

I. Louis Gaussen : une figure emblématique de la théologie évangélique du XIXe siècle à l’influence toujours persistante

Dire de Louis Gaussen (1790-1863) qu’il est une figure emblématique du mouvement évangélique relève presque de l’euphémisme. Si son nom est resté dans l’histoire pour avoir porté des projets d’envergure comme la création de la Société évangélique de Genève en 1830 ou celle de la Faculté de théologie de l’Oratoire en 1832, il est aussi connu pour son combat inlassable en faveur de la pleine inspiration des Ecritures. Outre sa Théopneustie dont l’influence dépassera largement les limites de la francophonie[2], Gaussen a publié de nombreux livres et brochures sur l’autorité des Ecritures et la défense de l’orthodoxie calviniste[3] ou, pour reprendre ses propres termes, « la foi des Réformateurs » qu’il perçoit comme « seule en rapport avec les besoins nouveaux de notre siècle, comme avec les besoins immuables de l’homme ; (…) elle est aussi seule puissante, au temps où nous sommes,  pour apporter aux nations agitées et travaillées, la lumière, la paix, la justice, le bonheur et la vraie liberté[4] ». En outre, Gaussen s’est impliqué dans diverses œuvres missionnaires, catéchétiques et philanthropiques[5] ; il a su rassembler autour de lui une équipe d’hébraïsants et d’hellénistes pour une traduction littérale et actualisée de la Bible connue sous le nom de « Version de Lausanne »[6] ; son art oratoire, bien qu’il n’eut pas la puissance dialectique de Monod ni la profondeur psychologique de Vinet, a été salué par ses pairs et même ses détracteurs[7] ; son appartenance à l’aristocratie genevoise[8] et ses réseaux internationaux l’ont naturellement propulsé au cœur du mouvement revivaliste francophone. En bref, Louis Gaussen est l’une des principales chevilles ouvrières du Réveil genevois, qui a essaimé dans l’Europe entière, et il s’est rapidement trouvé à l’interface du mouvement évangélique européen comme peu d’autres francophones ont pu le faire, si ce n’est peut-être Jean-Henri Merle d’Aubigné[9] et César Malan[10].

Par-delà l’envergure et la renommée du personnage, trois points importants militent en faveur du « cas de Louis Gaussen ».

Free Edition

Dans le cas où vous avez un  budget serré ou que vous pensez que la connaissance n'a pas de prix !

Téléchargez nos livres gratuits

Aller au haut